Si le loup y était…

Parfois les hommes sont des loups. Ces loups errent parfois dans les villes guidés par leur instinct et leur odorat. Qu’arriverait-il de moi si ce loup, privé de ses autres sens, me découvrait uniquement par mes odeurs ? Pour cela je lui donne rendez-vous dans une chambre d’hôtel. Il n’aurait jamais vu une seule photo de moi auparavant, juste le nom du petit chaperon rouge et un numéro de chambre.

P1090988

Moi je me déshabille complètement, je défais ma cape rouge, j’enlève mes escarpins rouges (une douce odeur de pieds envahit déjà la chambre d’hôtel). Pour finir, j’enlève ma petite culotte blanche et même tous mes bijoux pour être vraiment nue, dans mon état naturel avec mes odeurs naturelles qui, après une grosse journée de travail à travers bois, ont supplanté les odeurs artificielles de parfum.

Mon coeur bat alors très vite. Je me glisse sous les draps et j’attends. Je résiste à l’envie de me caresser même si j’aime le contact de cette grosse couette blanche et aseptisée propre aux hôtels.
Les volets sont fermés, les rideaux sont tirés, la chambre est dans la pénombre complète et je ne vois qu’un filet de lumière par la porte que j’ai volontairement laissé entrouverte…

chaperon rouge

Soudain je l’entends et mon instinct animal de proie me dicte qu’il arrive. Le filet de lumière s’agrandit, et je sens une odeur d’homme (ou de loup ?)dans la pièce. Il respire vite et je pense qu’il est aussi troublé que moi.

Il prend le temps comme moi de se déshabiller même si la tâche est difficile dans une pièce inconnue sans lumières. Puis je sens son regard sur moi. Il ne me voit pas mais son instinct de prédateur sait que je suis là. Moi je l’imagine comme un fauve tapi dans les hautes herbes. Puis il tâtonne le lit pour me trouver…Je sens sa grande main se poser sur une de mes cuisses à travers la couette. Il reste longtemps comme cela à sentir mon appréhension mais aussi mon excitation. Je m’efforce de ne pas bouger même si j’ai une envie terrible de me cambrer en couinant.

D’un geste sec il arrache la couette et je me retrouve nue, à découvert. J’agrippe un oreiller comme point de repère mais cela n’enlève pas mon sentiment de vulnérabilité qui ne fait que croitre.
Je m’attendais à sentir ses deux grandes mains se poser sur moi, sur mon ventre sur mes seins mais il n’en est rien. Je mets du temps à comprendre que ce contact froid vient en fait de son nez, qu’il écrase sous mon pied gauche pendant que sa main agrippe mon pied droit et, comme un massage, le palpe, distingue les orteils. J’ai un peu honte en pensant à ce qu’il doit sentir alors que j’ai passé la journée dans les bois dans mes escarpins en cuir… Le seul fait d’ôter mon collant tout à l’heure avait déjà embaumé toute la pièce… Je le laisse cependant faire, sentant son nez et ses mains découvrir mes pieds, les honorer, les explorer dans tous leurs détails. Cela m’excite et il doit le sentir car je commence à gigoter un peu plus, ma respiration change et quelques couinements par moment m’échappent.

D’un coup il saisit mes deux chevilles et me tire en avant vers lui. Je me retrouve malgré moi les jambes écartées devant lui. Je détourne pudiquement les yeux même si il ne le remarque pas dans le noir…Ses deux mains commencent par m’effleurer le visage, les cheveux, le bout des seins, le ventre, le pubis et les jambes, très doucement. J’espère au fond de moi qu’il n’est pas déçu par ce que ses mains découvrent.

Il se penche sur moi et m’embrasse dans le cou, pas à la manière d’un amant, à la manière d’un sauvage, il fourre son nez dans mes cheveux dans ma nuque, même sous mes aisselles, m’embrasse, me lèche, me goûte sans distinction. Je réalise soudain qu’il est 16h et que je dois être son goûter. Je sursaute en sentant sa langue sur mes seins déjà durs et je me laisse surprendre par sa main entre mes jambes. Il joue un peu avec mes poils alors je me dis qu’il doit les apprécier. Il les fait rouler entre ses doigts et je devine qu’il porte ensuite ses doigts à son nez. Pourvu qu’il ne parte pas en courant…

Ses bisous sur mon ventre et l’intérieur de mes cuisses se font plus pressants. Dans une bouffée d’assurance, je décide de jouer. Après tout une proie aussi peut être perverse. Je plie mes jambes et je viens appliquer mes deux pieds (encore odorants et humides de sa salive) sur son visage. Mon geste le surprend mais pour la première fois je sens nettement son érection bien dure contre ma jambe. Il apprécie. Sa langue sur mon sexe me fait sursauter et presque exploser de plaisir. Il prend son temps, me renifle, me goûte. Je sens ses lèvres, son nez tout contre mes lèvres. Il ose même descendre entre mes fesses. Je laisse faire, peut-être aime-t-il cela…

En tout cas cela m’excite, je sens honteusement l’humidité que je laisse sur le lit et j’imagine une grande tache sur les draps blancs. Il s’en aperçoit aussi et se mets renifler les draps. Jamais on ne m’avait senti autant. J’ai l’impression qu’il serait capable par la suite de me retrouver à la trace dans tout Paris tellement il est en train de s’imprégner de mon odeur et de s’en délecter !

Quitte à être animale, je décide de m’assumer et je me tourne pour me mettre à 4 pattes, lui présentant ainsi mes fesses à la hauteur de son visage. Pas besoin de lui dire deux fois car je sens son nez et sa bouche me lécher avidement l’intégralité de mon entrejambe. Je jouis dans un sursaut et il m’agrippe les fesses pour ne pas rater une seule goutte de ma jouissance. Je me sens trembler comme une feuille entre ses mains.

D’un coup je réalise, je reprends mon souffle et je me souviens de sa présence, juste là dans l’ombre. Je me lève, je prends mes vêtements. Il doit se demander pourquoi je pars mais je sais qu’il ne veut pas rompre l’instant par la parole. Il se contente de s’assoir à côté du lit et d’attendre. Mais je ne peux pas, je ne peux plus. Je referme délicatement la porte derrière moi.

Peut-être m’imagine-t-il blonde ou rousse ? Quelle idée s’est-il fait de mon âge ? D’ailleurs que sais-je de lui à part quelques renseignements échangés sur internet ?

Si tu as aimé mon récit , ajoute un +1 en commentaire 😉

Et si tu veux en savoir plus sur moi c’est par ici Chaperon Rouge