En attendant un entretien …

Je fais glisser mes doigts le long de ma gorge en m’étirant avec lenteur, les minutes s’égrènent avec une monotonie folle dans ses salles d’attentes. Tout cela pour s’entendre dire que le CV n’est pas à la hauteur des attentes des dirigeants mais qu’on est bien gentille. Mon regard se lève et j’observe la salle, nous ne sommes que deux. Cet homme d’une quarantaine d’année plongé dans un magazine de presse féminine et moi. Le sérieux du costume contre une paire de collant violet… J’aurais dû prendre plus garde ce matin en préparant ma tenue, aborder un look de Working Bitch à faire pâlir toutes les secrétaires de film porno… A cette pensée un rire m’échappe que je tente de transformer en quinte de toux. Mon regard se tourne de nouveau vers mon « voisin d’attente » il me fixe et rougit en baissant la tête.

377394_10200593071688334_1096100329_n

Ce petit air de sale gamin abordé une fraction de seconde avant de rougir… Cela me fait sourire, provoquer est une passion. C’est comme un vice, un de ces sales jeux pervers où l’on ne connait pas bien ses limites et puis… Sans rire, j’ai vraiment envie de ce travail, nous ne sommes que deux… L’éliminer ce serait le meilleur moyen d’avoir le poste…

Et sans plus réfléchir, je fais glisser ma veste et la pose sur le siège à côté de moi avant de m’élancer vers lui. Son regard paniqué se lève vers moi au bruit de mes chaussures, et j’avance toujours vers lui inexorablement, devant lui, je reste là, silencieuse et souriante, le dominant de mon petit mètre soixante. Ma jupe à hauteur de son visage. Son regard se lève et je vois sa paupière gauche tressaillir nerveusement. Un sourire étire mes lèvres tandis que d’un geste je lisse mes cheveux du bout des doigts.

-Vous venez postuler pour le travail de secrétaire ?

-Oui Mademoiselle.

-C’est plutôt un travail féminin, non ?

-Non, oui, … Enfin de nos jours on peut faire le travail que l’on veut…

-Je ne vous ai pas demandé de me dire l’avis de la société mais plutôt de me dire si quand vous imaginer une personne au poste de secrétaire vous voyez une femme ou un homme…

-J’imagine une femme Mademoiselle…

-Pensez-vous que j’ai le physique pour ce genre de poste ?

-Surement…

Son regard fixe toujours le sol, tandis que du bout des doigts il tapote nerveusement le magazine toujours entre ses doigts…

-Est-ce que vous avez déjà fait ce rêve où une inconnue vous propose une fellation contre rien en échange ?

Le mouvement de ses doigts s’est arrêté, son cœur a dû rater un battement, l’hésitation est perceptible, il sent que c’est un piège et son regard qui se lève vers moi est paniqué… Il secoue négativement la tête… Je me penche vers lui, mes mains de part et d’autres de ses épaules, posées sur le dossier de sa chaise.

Mes lèvres s’approchent de son oreille et avec lenteur j’expire avant de murmurer un « Vraiment ? » qui ressemblerait presque à s’y méprendre à un gémissement.

-Peut-être que oui…

Je me redresse en gardant mon regard plongé dans le sien, son visage est couleur pivoine, je m’avance dans la pièce avant de me tourner vers lui.

-Tu viens ?

Et sans plus faire attention, je m’avance dans les toilettes, en laissant la porte ouverte derrière moi. J’ai envie de rire, il doit se sentir totalement médusé, abasourdi de ce qui lui arrive. Devant le miroir, j’observe mon visage, mes yeux pétillent de cette petite flamme qu’amène la satisfaction, mes cheveux joyeusement en désordre encadrent mon visage et je sens mon corps frémir de cette vague d’excitation qui se diffuse en moi…

Et soudain la porte s’ouvre sur lui. Il est là, bien plus grand que moi, soudain totalement gêné, ne sachant où regarder ni quoi faire…

-Ferme la porte.

La porte se ferme à clé et je me tourne vers lui, d’un geste rapide je détache les boutons de ma chemise, libérant ma poitrine que je ne prends jamais la peine de cacher dans un soutien-gorge, j’aime beaucoup trop la sensation de mes seins frottant le tissu du vêtement avec cette envie féline de mordre en me cambrant, tant la sensation est lancinante et agréable… Il est là, adossé à la porte, fixant mes seins d’un air hagard.

Avec lenteur, je m’agenouille, mon visage se lève vers lui, son regard se plonge dans le mien. Ma main s’avance vers son entrejambe et je suis du bout des doigts la forme déjà dure de son sexe moulé par le tissu de son pantalon. Mes doigts glissent sur la forme, en suivent les contours, appuyant avec plaisir sur ce que je reconnais être le gland.

J’avance mes lèvres et déposent un baiser sur le tissu, à l’emplacement même de sa queue, je sens sous ce baiser son sexe se tendre dans l’impatience du contact de ma langue. Sans plus attendre, je détache son pantalon en faisant glisser son boxer gris, libérant son sexe qui s’avance fièrement tendu vers moi. Ma main se saisit de celui-ci et avançant mon visage, je fais courir ma langue de la base jusqu’au bout avec lenteur, dans un mouvement sinueux qui n’a d’autre but que celui de le rendre impatient. Mes lèvres se saisissent de sa queue et je commence ce va et vient, vieux comme le monde aidé du mouvement de ma main tandis que ma langue appuie sur son gland et s’amuse à en faire le tour. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours adoré sucer, faire courir ma langue sur chaque centimètre, faire gémir d’impatience, de plaisir, aspirer chaque goutte de se plaisir qui perle sur le bout d’un sexe sucé avec passion, …

Tandis que ma bouche s’active en petite gourmande qui se délecte de chaque recoin de la peau de ta queue, ma main s’avance sous mes vêtements pour commencer à glisser contre le tissu mouillé de ma culotte. Mes doigts frottent ce tissu mouillé contre mon sexe, m’amenant à me redresser un peu plus tandis que ma bouche s’active… Mes cuisses écartés laissent mes doigts s’infiltrer sous ma culotte et appuyer contre mon clitoris qui ne demande que l’appel des caresses de mes doigts. Mes doigts se font maîtres de ce territoire qu’ils ont déjà beaucoup exploré, amenant des gémissements qu’étouffe cette queue qui barre le barrage de ma gorge. Et dans une vague brûlante, le plaisir m’envahit, transcendant tout, amenant cette sensation de plénitude qui me laisse toujours pantoise et douce quelques instants ? Mes yeux s’ouvrent et se posent sur lui, il a ce visage de martyr entre l’envie de jouir et de faire durer l’instant encore, ses yeux s’ouvrent et se posent sur moi, faisant sortir sa queue de ma bouche, j’ôte la main qui se cachait dans ma culotte avant de faire jouer ma langue contre un de mes doigts mouillés de mon plaisir. Le gout sucré de mon plaisir glisse contre ma langue et féline, joueuse, je me lèche les lèvres…

Ma main mouillée s’avance vers sa queue et j’impose un rythme effréné à son sexe. Et je sens un sourire étirer mes lèvres, elle est là l’idée cruelle et délicieuse… Le rythme augmente encore et je sens la peau de son sexe glisser dans mes doigts, son souffle de plus en plus rauque rythme mes mouvements, je sens l’instant où sa jouissance va éclater et mes lèvres s’approchent de son sexe en une fraction de seconde comme par un hasard heureux, je sens ma langue et le fond de ma gorge se couvrir d’une substance chaude… Mon regard se lève vers son visage aux yeux clos… Je retire son sexe de mes lèvres et ses yeux s’ouvrent tandis qu’un regard hébété perle d’entre ces cils, je me redresse en souriant en reboutonnant ma chemise et ajustant ma jupe.

Devant le miroir, je remets un semblant d’ordre dans ma tenue, lui est en train de se rhabiller avec des gestes gauches, j’avance vers lui et me penche vers lui, ouvrant mes lèvres, je laisse son sperme glisser d’entre mes lèvres, joyeusement mélangé par ma salive, tomber sur sa veste, d’un geste rapide de la main j’étale ce crachat sur sa veste. Devant son regard soudain horrifié, je prends mon air le plus angélique.

-Bonne chance pour l’entretien.

J’ouvre la porte et me réinstalle sur mon siège, attrapant ma veste toujours posée sur le siège à, coté de moi, je la pose sur mes genoux. La porte du fond s’ouvre, le DRH est là, souriant

-Il n’y a que vous ?

-Oui, Monsieur, que moi.

Pour être une garce, pas besoin d’une tenue, même avec des collants violet ah ah…

Si vous avez aimé mon récit, votez pour moi en mettant +1 en commentaire 😉

Et si tu veux en savoir plus sur moi c’est par ici Mana